RDC : Martin Fayulu en appelle à la CPI

Par Christophe RIGAUD

L’opposant congolais dénonce la répression systématique des manifestations et demande à la Cour pénale internationale (CPI) d’intervenir. Martin Fayulu estime enfin que seule une transition sans Joseph Kabila et un nouvel audit du fichier électoral permettront au Congo de sortir de la crise

.

 © Christophe Rigaud - Afrikarabia

© Christophe Rigaud – Afrikarabia

Afrikarabia : Après un deuxième report des élections, vous plaidez pour une transition sans Joseph Kabila à partir du 1er janvier 2018. Pour quelles raisons ?

Martin Fayulu : La Constitution congolaise a cessé d’être opérante depuis la fin du dernier mandat du président Kabila, le 19 décembre 2016. Ensuite, c’est l’accord de la Saint-Sylvestre qui est venu suppléer la Constitution. Dans cet accord, il est bien stipulé que le second et dernier mandat de Joseph Kabila a pris fin le 19 décembre 2016 et qu’il ne pourra briguer d’autre mandat présidentiel. Tout est donc très clair. Passé ce délai, il n’y a plus aucun instrument juridique qui soutient légalement les institutions de la République. Comment combler ce vide juridique ? Nous disons qu’à partir du 1er janvier 2018, nous ne reconnaitrons ni monsieur Kabila, ni l’Assemblée nationale, ni le Sénat, ni aucune autre institution de la République. Le peuple, qui est souverain selon l’article 5 de la Constitution, et qui , selon l’article 64, peut se réapproprier sa souveraineté, doit mettre en place une transition sans Joseph Kabila. Au Burkina Faso, le peuple a réussi à imposer une transition sans Blaise Compaoré. Et je ne vois pas comment la communauté internationale pourra continuer de discuter avec un pouvoir qui n’a plus aucune base légale après le 31 décembre 2017.

Afrikarabia : Si je comprends bien, pour imposer une transition sans Joseph Kabila, il n’y a que la rue ?

Martin Fayulu : Bien sûr. L’article 64, c’est la rue. Pour faire échec à celui « qui veut exercer le pouvoir en violation de la Constitution », il faut s’opposer à ce régime et nous n’avons que la rue pour se faire entendre.

Afrikarabia : L’opposition peine pourtant à mobiliser lors des différents appels à manifester ?

Martin Fayulu : Toutes les manifestations sont interdites et elles sont systématiquement réprimés. Lors de la dernière manifestation du 30 novembre, j’ai moi-même été arrêté et tabassé par la police. Je lance donc un appel à la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), madame Bensouda, pour qu’il dise stop à la répression en RDC. L’année dernière, à l’approche de la fin du mandat de Joseph Kabila, elle avait déjà mis tout le monde en garde, notamment l’opposition, contre les risques de dérapages. Aujourd’hui, nous lui demandons de mettre Joseph Kabila en garde, qui trouble l’ordre public en faisant sortir ses policiers, ses militaires, pour molester et tuer des manifestants. Il faut rappeler qu’à chaque manifestation, nous écrivons, comme cela doit être fait, aux autorités urbaines, pour les informer que nous allons marcher pacifiquement. Et à chaque fois, nous sommes interpellés, tabassés… ce n’est pas normal ! Je n’ai pas encore entendu la CPI au sujet de la répression des manifestations. C’est anormal. Surtout qu’il y a également des violences extrêmement graves qui se produisent dans les Kasaï et dans la région de Beni au Nord-Kivu. Où est la CPI ? Cette cour doit signifier à Joseph Kabila que l’on ne peut plus tolérer ces exactions, et que si cela continue, il aura des problèmes avec la justice internationale.

Afrikarabia : La Commission électorale (CENI) a tout de même annoncé que des élections se tiendront en décembre 2018.

Martin Fayulu : Si elle ont lieu, ce qui n’est pas certain, de quelles élections parlons-nous ? D’élections libres, crédibles, transparentes ou de n’importe quelles élections ? Corneille Nangaa, le président de la Commission électorale, qui a toujours menti, vient avec un fichier électoral qui n’est absolument pas crédible. Si vous prenez la province de Sankuru, qui a aujourd’hui 2.110.000 habitants, Corneille Nangaa nous dit qu’il a enregistré dans cette province, 2.047.768 électeurs. C’est à dire 94% de la population ! Est-ce que quelqu’un de sérieux peut accepter ces chiffres ? Quand vous regardez le fichier de la CENI aujourd’hui, qui est (…) Lire la suite sur Afrikarabia.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close